Ryanne

22/09/2017 - Temps de lecture : 4 min

Créer ses moyens mnémotechniques

A l’école comme au travail et généralement dans la vie de tous les jours, il est toujours utile de connaître quelques moyens mnémotechniques pour faciliter le quotidien.
Nous nous souvenons plus facilement des choses lorsqu’une association, une image mentale ou une phrase est drôle ou surprenante. Ce qui est étonnant, c’est que les moyens mnémotechniques les plus efficaces sont ceux qui ont été inventés par la personne qui doit mémoriser.
Pour que la mémorisation soit optimale, on peut user de tous les sens, comme répéter la phrase à voix haute, écrire la phrase, l’écouter de la bouche d’une autre personne, la dessiner, etc. Bref, tout dépend de votre meilleure mémoire ! Est-elle plus auditive que visuelle ? Jouez là-dessus ! Voici donc les conseils pour créer ses propres moyens mnémotechniques :

 

1. Retenir des mots : en faire une phrase.

La plus célèbre phrase est « Mais où est donc Ornicar ? » pour les conjonctions de coordination.
En effet, les conjonctions de coordinations « mais », « ou », « et », « donc », « or », « ni » et « car » sont plus faciles à retenir avec cette phrase, même si les mots sont légèrement modifiés !
Pour les principales prépositions :
« Adam part pour Anvers avec cent sous sûrs, entre derrière chez Decontre »
(À, Dans, Par, Pour, En, Vers, Avec, Sans, Sous, Sur, Entre, Derrière, Chez, De, Contre)
Idem pour les auteurs français du XVIIe siècle :
« Sur une racine de la bruyère, une corneille boit l’eau de la fontaine Molière »
(Racine, Jean de La Bruyère, Pierre Corneille, Nicolas Boileau, Jean de La Fontaine, Molière)
 

2. Retenir des mots : construire une phrase où l’initiale de chaque mot est celle du mot à retenir

Cette technique est d’autant plus efficace quand l’ordre des mots est important, comme l’ordre des planètes par exemple, de la plus proche du Soleil à la plus éloignée :

« Me Voici, Tonton Marcel, Je Suis Un Nageur »

Mars Vénus Terre Mercure Jupiter Saturne Uranus Neptune

 

3. Retenir des mots : construire un mot avec l’initiale ou les deux premières lettres des mots à retenir

Cette technique est aussi efficace quand l’ordre des mots est important.
Par exemple : « MoVoRoDi » pour les quatre plus grands penseurs des Lumières, du plus vieux au plus jeune (Montesquieu, Voltaire, Rousseau, Diderot).
 

4. Retenir des chiffres : transformer les chiffres en mots

Il s’agit de construire des mots dont le nombre de lettres correspond un chiffre (par exemple, le SQULA indique le chiffre 5).
La phrase « Que j’aime à faire connaître ce nombre utile aux sages » correspond au nombre Pi : 3, 141 592 653 5
3 lettres dans Que
1 lettre dans J’
4 lettres dans aime
1 lettre dans à
5 lettres dans faire
etc…

 

5. Retenir des dates : créer des vers ou des rimes

Pour des dates importantes de l’Histoire par exemple, on peut jouer sur les rimes :

« 1643 : En seiZE cent quarante trOIs, Louis quatorZE est fait rOI. »
« 1715 – 1774 : Louis QUINZE a régné de QUINZE à presque soixante QUINZE. »

 

6. Orthographe : opposer certains mots

Cela peut être utile pour se rappeler les règles d’orthographe :
« L’amande pousse sur un arbre, l’amende sur un essuie-glace. »
 

7. Autres règles d’orthographe :

Mourir ne prend qu’un « r » car on ne meurt qu’une fois
Nourrir prend 2 R car on se nourrit plusieurs fois dans sa vie,
L’hirondelle prend deux « l » car elle vole avec ses deux ailes
Toujours, toujours un « s » et à jamais, ne jamais l’oublier
 

8. Retenir une règle de grammaire : créer une phrase ayant un double sens

La plus célèbre est celle qui indique que le conditionnel (qui terminent par rai-) ne s’utilise jamais après la conjonction si :
« Les si n’aiment pas les ré. »
On ne dit donc pas : « Si j’avais su, j’aurais pas venu. »

 

9. Autres règles de grammaire :

Le participe et l’infinitif :
« J’ai mangé une pomme » ou « j’ai manger une pomme » ? Pour le savoir , remplacez le verbe par « prendre ». On peut dire « j’ai pris une pomme » et non pas « j’ai prendre une pomme ». Il s’agit donc d’un participe passé, la terminaison est « é ».

« a » ou « à » ?

On écrit a lorsqu’on peut le remplacer par avait.

« où » ou « ou » ?

On écrit ou quand on peut le remplacer par ou bien.
 
Pour finir en beauté, voici notre p’tit mnémo en image, à imprimer, scotcher et retenir !

Ce blog vous a plu ? Partagez-le autour de vous!